De l’utilité des soirées électorales

Comme chaque soir d’élection, je me cale sur mon canapé et j’allume la télé un peu avant 20H afin de suivre la soirée électorale.

Les résultats tombent, répondant ainsi à mon attente première d’information.

Quelques éclairages me paraissent pertinents et comblent partiellement mon 2eme souhait. Mais ils sont tellement rares dans ce défilé de lieux communs et de pensées partisanes que je m’interroge vraiment sur l’utilité de cette valse des politiques sur les différents plateaux.

Nos porte-paroles ?

En premier lieu, je suis surpris du nombre de politiques qui s’expriment au nom des français : « ils veulent une politique plus à droite », « ils ne veulent plus de cette politique social-démocrate », « ils veulent plus d’écologie », « ils veulent sortir de l’UMPS ».

Cela fait au final beaucoup de souhaits parfois contradictoires. Pourtant tout cela est asséné avec la même certitude et la même conviction.

Cela constitue déjà en soi un premier indice sur la vacuité de ces assertions.

Le deuxième indice qu’ils ne nous comprennent pas est bien qu’entre 2 élections où ils pensent avoir compris le message, ils sont incapables depuis plus de 30 ans de mettre en œuvre une politique qui répond à ces besoins perçus.

Moralité, ils perdent l’élection suivante…

Du recul ?

Ce n’est clairement pas lors de ces soirées que la prise de recul nécessaire à une bonne analyse se manifeste chez nos dirigeants ou leurs opposants.

Ainsi, quand je lis que Thierry Mariani écrit sur twitter que ces élections constituent un « succès personnel de J-F copé », je me demande s’il se prend pour le gorafi ou s’il est sérieux.

Le Gorafi a du souci à se faire!

Le Gorafi a du souci à se faire!

S’il n’y a pas d’humour dans ce tweet, il n’a peut-être pas eu connaissance du sondage récent qui plaçait le chef de son parti à… 2% dans les candidats pressentis par les sympathisants UMP pour 2017 !

Pour aller dans son sens, on a entendu M. Copé se gargariser toute la soirée de la « première victoire dans des élections partielles de l’UMP depuis sa création »…

Si c’est là l’enseignement qu’il tire vraiment de ces élections, cela m’inquiète un peu…

Un brin de lucidité (enfin)

A l’heure où j’écris ces lignes (21H15), la seule intervention qui m’apparaît vraiment intelligente et pas bêtement partisane fut celle de Henri Guaino (après 3 ans de billevesées de sa part, ça surprend !)

En gros, au-delà de la défaite du PS et de la sanction du président et du gouvernement qui semble manifeste, il a souligné que ces élections ont fait passer un autre message de la part des français.

Avec une telle abstention et une telle poussée du FN qui fait mieux qu’en 95 avec au moins 6 municipalités contre 4 alors, il sent bien qu’il y a un problème plus général.

Il a ainsi souligné la responsabilité des politiques dans leur ensemble pour ces résultats et appeler à une remise en cause de l’UMP pour ne pas avoir des résultats encore plus inquiétants dans les futures élections.

Je regrette seulement que cet éclair de lucidité soit si isolé au sein de la classe politique s’exprimant sur les plateaux. Ils font passer leurs « éléments de communication » définis à l’avance mais, ce faisant, ils creusent encore et toujours le fossé qui les sépare d’une population qui ne croit plus en leurs discours et en leur compétence.

Au final, ces soirées électorales remplissent leur but premier en nous donnant les résultats attendus mais ils gagneraient terriblement en pertinence si les interventions des politiques en plateau étaient moins « routinières ». Les analyses me paraissent bien plus objectives lorsqu’elles sont faites par des journalistes. Encore que…

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *