Elections départementales : Le grand n’importe quoi !

Dimanche 22 et 29 mars, nous sommes tous, citoyens français, appelés à exprimer nos votes dans le cadre des élections départementales. Dans le cadre de la loi NOTRe (« loi portant nouvelle organisation territoriale de la République ») ces élections remplacent les élections cantonales et « conseils départemental » sera le nouveau nom de ce que l’on connaissait avant sous le nom de « conseil général ».

Au-delà de fournir aux 4 052 conseillers départementaux de notre classe politique des postes stables rémunérés entre 1500€ et 5 500€ par mois (1), l’enjeu principal concerne la gestion de ce que nous appelons en France les structures territoriales dont la nouvelle loi… est en train de définir le périmètre d’intervention !

En tant que citoyens impliqué, ne demandez surtout pas le contenu de ces nouvelles prérogatives. Tout ceci est encore en discussion (Une modification de texte a été votée à l’assemblée nationale le 10 mars et a été renvoyé en deuxième lecture au Sénat et à la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et d’administration générale, pour étude de suppose !).

Du grand n’importe quoi !

En résumé, donc, l’Etat Français me demande d’aller voter dimanche pour un couple que je ne connais pas, qui ne m’a pas communiqué de programme, dont je ne maîtrise pas le champ de compétence dans le cadre d’une loi qui n’est pas en application !

Je vous fais grâce du chapitre sur l’amateurisme de notre gouvernement qui gère notre pays à coups de mesures contre-productives (Loi ALUR, Nouveaux rythmes scolaires, programme fiscal…) qui passent, et de mesures importantes (Loi de santé, loi Macron, …) qui ne passent pas ou sont vidées de leur substance. Mais je dois avouer ma stupéfaction devant la capacité de nos gouvernants actuels à nous surprendre toujours plus par leur incompétence !

Du coup que se passe-t-il ?

Que font des hommes et femmes politiques quand ils n’ont rien d’intéressant à dire, pas de programme à présenter, pas de convictions à défendre ni de vision sur leurs futures responsabilités ? C’est très simple, ils se choisissent une cible contre laquelle lutter à coup de petites phrases, d’assertions, de hargne, de gestes déplacés. Le PS contre le FN, l’UMP contre le PS. Les écolos, quant à eux s’écharpent une fois de plus autour d’un jeu de stratégie auquel ils ne comprennent rien. Le centre est absent, les radicaux de gauche ont disparu.

Le plus triste, c’est que l’on retrouve dans ce jeu un grand professionnalisme dans le choix des éléments de communication (« FNPS », « mépris crétin », «  Valls la menace », « Le FN n’est pas un parti républicain »… ), dans le choix des médias, dans l’alignement de troupes…

Dimanche j’irai voter mais je dois avouer que j’ai mal à ma France. Je ne peux pas blâmer les Français qui s’abstiendront, je ne peux pas en vouloir aux révoltés que l’aveuglement conduira à voter FN, je ne peux que me résoudre devant le manque d’intérêt pour cette non-campagne.

Mais j’en veux terriblement à nos responsables politiques de tout bord, qui creusent tous un peu plus la tombe de  notre démocratie. J’en suis dépité, je dois avouer ne plus savoir vers qui me tourner pour renouveler notre paysage politique. Et je suis très inquiet pour la gestion de nos départements dans les 6 prochaines années.

J’ai au fond de moi le vague et désagréable sentiment que nos dirigeants politiques se contrefichent des politiques territoriales et que ces élections ne sont pour qu’un jeu de sièges où placer leurs troupes pour leur assurer un revenu et bénéficier des soutiens locaux que demande le mode de fonctionnement de notre pays.

Vous le savez, fidèles lecteurs, l’objet de ce blog est de présenter une critique constructive. Et je souhaiterais de tout coeur proposer des solutions à ce qui me semble être aujourd’hui un problème.

Mais des solutions à quoi ?

A l’amateurisme du gouvernement qui avait 3 ans pour préparer ces élections départementales?

A l’inconséquence dont font preuve les différents partis politiques en abordant ces élections de cette façon là ?

A la réforme administrative, qui est ridicule (à l’heure des communautés de communes, le découpage départemental  a-t-il encore un sens) ?

J’ai parfois le sentiment qu’à travers ces élections, ce sont tous les maux politiques de la France qui ressortent et je me sens bien démuni…

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *