La solidarité selon l’Union Européenne

naufrage-honte_0

Des millions d’européens en rêvent pour leurs prochaines vacances. Pour des millions d’autres personnes la Méditerranée elle est la voie pour fuir, l’ultime solution pour mettre les siens à l’abri de la guerre, des persécutions, de la misère.  La Méditerranée est le théâtre d’une tragédie quotidienne. Chaque jour des centaines d’africains embarquent sur des bateaux de fortune avec l’espoir de rejoindre l’Europe. Chaque jour des femmes, des enfants, des hommes périssent dans cette entreprise.

Le bilan du dernier grand naufrage survenu dimanche 19 avril au large des côtes libyennes (800 morts) est si spectaculaire que les dirigeants européens se réunissent en conseil extraordinaire consacré à la crise des migrants en Méditerranée. Il est temps ! De nombreux naufrages font régulièrement la Une de nos journaux ces dernières années. En 2014, 200 000 exilés ont réussi la traversée et 3 500 y ont laissé leur vie. Pour 2015 une institution onusienne, l’OMI, estime qu’ils seront 500 000 à tenter la traversée et plus de 10 000 à périr en mer. Quelques 70 000 réfugiés séjournent en ce moment-même en Sicile. Il est vraiment temps que l’Union Européenne se mobilise.

Face à cette crise humanitaire, que font les pays européens, que font les voisins de l’Italie ? RIEN ! Ou quasiment rien. La seule réponse de l’Union Européenne et ses membres a consisté jusque-là à consacrer 3 millions d’euros par mois à la mission TRITON, gérée par l’agence européenne FRONTEX. Cette opération vise à soutenir l’Italie dans la gestion du flux migratoire par voie maritime. Elle a pris le relais de l’opération Mare Nostrum, entreprise par l’Italie, qui y a consacré 9 millions d’euros par mois d’octobre 2013 à octobre 2014. Triton représente quelques 100 millions d’euros par an, une broutille au regard des 168 milliards d’euros du budget de l’UE.

A chaque emballement médiatique relatif au drame méditerranéen, nos gouvernants surfent cyniquement sur la vague. C’est qu’il faut naviguer entre deux écueils : Ne pas sembler insensible au sort des migrants et ne pas laisser croire que nos bras sont trop grands ouverts au candidats à l’asile. Bernard Cazeneuve, notre ministre de l’intérieur, déclarait en septembre dernier que « la France ne peut accueillir tout le monde ». Son homologue allemand estimait à la même époque que l’effort de l’Allemagne en matière d’accueil des demandeurs d’asile « est très élevé, voir surproportionnel ». Le Premier ministre britannique, James Cameron, vient de déclarer : « Je vais offrir le HMS Bulwark, l’un des plus grands navires de guerre britannique » avant d’ajouter « cela implique que les gens que nous repêcherons ou avec lesquels nous aurons affaire seront emmenés vers le pays sûr le plus proche, le plus probablement l’Italie, et qu’ils ne pourront demander immédiatement l’asile au Royaume-Uni ».

Pour l’instant, les décisions prises en urgence par l’UE semblent dérisoires : Triplement du budget Triton (cela reste ridicule), priorité à la lutte contre les trafiquants et programme pilote destiné à accueillir 5000 réfugiés syriens supplémentaires (or, plus de 3 millions sont en exil…)

L’Union Européenne a donc fait le choix 1/ d’un dispositif de secours insignifiant et tourné vers la surveillance des frontères et 2/ du statu quo concernant sa politique migratoire restrictive.

Voilà donc la solidarité de l’Europe. Voilà donc la solidarité européenne vis-à-vis de toutes personnes, syriens, irakiens, palestiniens, somaliens, libyens, érythréens, qui fuient la guerre, la misère, la persécution. Voilà donc la solidarité des pays européens avec l’Italie pour l’accueil des réfugiés. Pathétique.

Share

Une réflexion au sujet de « La solidarité selon l’Union Européenne »

  1. enesideme

    Merci Cleanthe pour cet excellent article. Mais je n’y vois pas de solution. Si accueillir tous ces malheureux semble aller de soi, c’est aussi encourager les passeurs, ces bêtes inhumaines qui s’enrichissent de façon éhontée de leur trafic. Alors que faire? La solution n’est elle pas d’ajouter au plan de sauvetage une lutte acharnée contre les filières de passe, en collaboration avec les pays de départ (et non d’origine de ces migrants).
    Si nous faisons cet effort, nous pourrons alors, sans critique, mettre en place toutes les mesures d’accueil qui s’imposent. Car n’inversons pas le débat ni les responsabilités: Les responsables de la mort des ces personnes sont les régimes politiques des pays d’origine, l’inefficacité de l’ONU dans la gestion des réfugiés et, surtout, les filières de passe qui vendent un rêve et servent le pire des cauchemars.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *