Archives de l’auteur : Enesideme

Irresponsables et coupables ?

Notre vie en collectivité repose en grande partie sur un concept important et malheureusement  de plus en plus abstrait : la responsabilité individuelle.

Le Larousse définit la responsabilité de la façon suivante :

  • Obligation ou nécessité morale de répondre, de se porter garant de ses actions ou de celles des autres.
  • Fonction, position qui donne des pouvoirs de décision, mais implique que l’on en rende compte (surtout pluriel) : Avoir des responsabilités.

La notion de responsabilité implique donc le fait de se porter garant de ses propres actions et, dans le cas d’une fonction, le fait d’en rendre compte devant la collectivité, publique ou privée.

A quelques exceptions près (les personnes atteintes de démence ou de sénilité et les présidents de la république en résumé), toute personne, physique ou morale, est responsable en France de ses actes et en répond devant la société au travers de la justice, qui déterminera le cas échéant s’il y a infraction à une règle et donc culpabilité.

Or, j’ai le sentiment depuis plusieurs années que la notion de culpabilité a pris le pas sur celle de responsabilité et que cela pose un problème de fond à notre société.

Continuer la lecture

Share

Elections départementales : Le grand n’importe quoi !

Dimanche 22 et 29 mars, nous sommes tous, citoyens français, appelés à exprimer nos votes dans le cadre des élections départementales. Dans le cadre de la loi NOTRe (« loi portant nouvelle organisation territoriale de la République ») ces élections remplacent les élections cantonales et « conseils départemental » sera le nouveau nom de ce que l’on connaissait avant sous le nom de « conseil général ».

Au-delà de fournir aux 4 052 conseillers départementaux de notre classe politique des postes stables rémunérés entre 1500€ et 5 500€ par mois (1), l’enjeu principal concerne la gestion de ce que nous appelons en France les structures territoriales dont la nouvelle loi… est en train de définir le périmètre d’intervention !

En tant que citoyens impliqué, ne demandez surtout pas le contenu de ces nouvelles prérogatives. Tout ceci est encore en discussion (Une modification de texte a été votée à l’assemblée nationale le 10 mars et a été renvoyé en deuxième lecture au Sénat et à la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et d’administration générale, pour étude de suppose !).

Du grand n’importe quoi !

Continuer la lecture

Share

Frondeurs : la démocratie que l’on assassine

Les médias de tout bord et tout support se gargarisent actuellement de ceux qu’ils appellent les « frondeurs ».

Inconscients de leurs propres propos, moutons ou simples benêts, ils en viennent à oublier le rôle que tient un député au sein de notre république vieillissante et de moins en moins… démocratique.

Comme le rappelle si bien le site de la Direction de l’information légale et administrative (http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/parlement/definition/qu-est-ce-qu-depute.html) : « le député est un élu qui, à l’assemblée nationale, participe au travail législatif et au travail du contrôle du gouvernement. »

Cela comprend notamment, en dehors du travail législatif :

  • interroger le gouvernement, examiner son action au sein d’une commission, voire, s’il est rapporteur spécial au sein de la commission des finances, contrôler l’emploi de l’argent public.
  • en signant une motion de censure qui sera soumise au vote de l’ensemble des députés, mettre en cause la responsabilité du Gouvernement.

Bien qu’élu dans le cadre d’une circonscription, chaque député, compte tenu de la mission de vote de la loi et de contrôle de l’action du gouvernement dévolue à l’Assemblée nationale, représente la Nation tout entière et est à ce titre détenteur d’un mandat national.

Représenter la nation tout entière n’est pas qu’une précision géographique. C’est aussi une précision éthique.

Le député ne représente son simple bord politique mais l’ensemble des citoyens français, quelle que soit leur orientation politique.

Que l’on soit d’accord avec eux ou non, ceux que les médias appellent frondeurs sont donc des députés qui font leur travail de représentation et sont fidèles à leur mission.

Le système bipolaire que les deux principaux partis politiques essaient de nous imposer aujourd’hui est pernicieux et contrevient au principe constitutionnel du gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple. Il tend à faire du travail de l’assemblée une chambre au service d’une majorité en cours, dont le simple rôle serait celui de valider des décisions gouvernementales édictées par leur courant politique. Et ainsi donc transformer la constitution en gouvernement du peuple par les députés pour le gouvernement en place.

En appelant frondeurs des députés qui participent activement au processus démocratique via le débat et la contradiction, c’est la démocratie qu’on assassine.

L’article 26 de la constitution du 4 octobre 1958 (http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur.5074.html#titre4) , précise que « Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. »

A l’heure actuelle, ce ne sont pas les tribunaux qui jugent mais les médias. Et les dégâts sont bien pires. A force de nommer « frondeurs » de façon continuelle ces députés libres d’esprit, ils finissent par convaincre la population que le regard critique que doit avoir tout député sur le travail du gouvernement est une coupable trahison.

Je ne suis pas convaincu par les propos qu’ils tiennent, je ne suis pas sûr que le chemin qu’ils tentent de prôner pour nous sortir de notre ornière soit le bon, mais je suis certain d’une chose, je soutiens totalement leur travail car après tout, ces frondeurs sont 100% dans leur rôle et font enfin jouer un peu de démocratie dans un paysage politique en manque de contre-pouvoir.

Share

Particuliers employeurs : le tripalicide d’état !

Tripalicide : Extermination d’emploi, destructeur d’emploi –  Etymologie : du latin Tripalium, travail, et du suffixe cide, venant du latin caedere, tuer, massacrer.

Nos dirigeants politiques sont décidément trop forts. Lorsque la loi de marché ne peut détruire elle-même l’emploi, ils s’y attellent avec une efficacité déconcertante.

wanted

Plongée dans les malheurs des 290 000 salariés de particuliers employeurs

Continuer la lecture

Share

Le mal, M. Désir, ce n’est pas le FN!

L’élimination au premier tour du candidat socialiste a provoqué un émoi, (faussement ?) affiché par tous les bords politiques, extrême droite exclue. En effet, elle lui permet de passer au second tour et d’espérer ainsi glaner un siège de plus à l’assemblée nationale, les faisant passer de 2 représentants (qui y sont d’ailleurs sans étiquette) à 3, en rejoignant Marine Maréchal-Lepen et le très controversé Gilbert Collard.

Loin de se remettre en question, le PS, incarné par Harlem Désir, se dédouane.

Continuer la lecture

Share

L’ère des primaires

Les primaires, c'est chouette ! souriez !

Les primaires, c’est chouette ! souriez !

Nous voici entrés dans une nouvelle ère politique, l’ère des primaires.

Non content de s’exprimer avec plus ou moins de bonheur dans l‘ensemble des médias, voici maintenant que nos partis politique récupèrent une pratique chez nos cousins américains : les primaires.

Perso, je trouve cette nouvelle mode sans intérêt, voir même destructrice. Mais serai-je trop sévère envers l’ère des primaires ? Continuer la lecture

Share

Hollande : Démission – Une autre vision –

Ah ! cher Démosthène, vous avez 100 fois, que dis-je, 1 000 fois raisons. Notre président, avec tous ses (trop nombreux) défauts de compétence a été élu démocratiquement et mérite son mandat aux yeux de la constitution, à défaut de la mériter de par ses qualités.

Oui, vous avez raison aussi de préciser que nous ne pouvons pas exiger reprendre ce mandat comme nous échangeons un article défectueux dans un service après-vente.

Et pourtant…

Continuer la lecture

Share

Grands hommes politiques et petites citations

Le premier est à la tête de notre gouvernement et prend des engagements forts à travers des déclarations percutantes et prémonitoires.

Le second est à la tête de l’opposition et dirige le plus grand parti politique français, en nombre d’adhérents, avec 324 945 adhérents déclarés à jour de cotisation en novembre 2012. Précision d’importance, ce partie est l’UMP, vous savez : la droite décomplexée, libérale, démocrate et tout  ça…

Tous deux peuvent donc être considérés comme élites politiques de la nation. De formation supérieure, diplômé du CAPES pour le premier et de l’ENA pour le second, leurs propos devraient servir de référence à toute la nation et rien ne devait nous permettre de penser d’eux qu’ils sont  benêts, ou ânes bâtés sans culture ni intelligence. Et pourtant…

Continuer la lecture

Share